Le parvovirus, un virus toujours présent

Partager cette chronique sur

En tant que vétérinaires, nous sommes régulièrement confrontés à ce virus qui peut être fatal. Le parvovirus est très contagieux et va en général causer des diarrhées et vomissements importants.  Un vaccin est disponible pour protéger de façon très efficace votre compagnon contre ce virus.

Le virus causant cette maladie est ce qu’on appelle « spécifique d’espèce », ce qui signifie que vous ne pouvez attraper le parvovirus de votre chien. Ce sont les chiots et les animaux non vaccinés qui nous sont principalement présentés avec ce virus.

Les chiens contractent le virus en étant en contact avec des particules virales. Celles-ci sont excrétées par l’animal malade (parfois avant même qu’il exprime lui-même des symptômes) principalement dans ses selles et ses vomissements. Ces particules peuvent persister dans l’environnement pendant plus de 7 mois. Ainsi le chien n’a pas besoin d’un contact direct avec un autre animal malade. Si votre animal a contracté la maladie, un lavage rigoureux de l’environnement avec une dilution d’eau de javel ou un ammonium quaternaire (désinfectant efficace contre la majorité des virus) s’impose. On recommande aussi d’éviter d’introduire tout nouvel animal non vacciné dans l’espace où un cas a eu lieu pour une période d’un an.

Le chien qui est entré en contact avec les particules virales pourra incuber la maladie de 3 à 14 jours avant de montrer les symptômes de la maladie.

Quels sont ces symptômes?  Ils incluent : un animal amorphe, un appétit diminué, puis des vomissements et diarrhées. Ces signes peuvent mener à une déshydratation extrême et au choc hypovolémique. Des complications peuvent aussi survenir telles qu’une intussuseption (accident intestinal), septicémie (infection généralisée), pneumonie…  Le choc, la déshydratation sévère ou l’une ou l’autre de ces complications peuvent entraîner la mort de votre animal.

Les traitements sont principalement des soins de support. Pour rétablir l’hydratation de l’animal une fluidothérapie (sérum intra-veineux) sera recommandée. On souhaitera aussi faire cesser les vomissements, contrôler la diarrhée et couvrir le patient avec antibiotiques. Ces soins requièrent souvent une hospitalisation de quelques jours.

Si on intervient de façon précoce et avec les bon soins, le pronostic est plutôt bon pour la survie du patient.

La prévention est facile et recommandée pour tous les chiens. Le parvovirus est inclus dans le vaccin de base. Une vaccination à jour permettra de protéger efficacement votre compagnon. Elle nécessite une première vaccination avec deux doses à un mois d’intervalle (ou 3 doses pour les chiots), puis un autre rappel un an plus tard et enfin le vaccin passe au trois ans (les protocoles peuvent varier d’un vaccin à l’autre).

En résumé, pour nos compagnons et même pour nous en tant que soignants, il vaut beaucoup mieux prévenir que de traiter ce virus particulièrement résistant et dangereux.